Ce samedi, nous quittons notre location d’Aviemore pour partir vers la côte nord-ouest de l’Écosse. D’une station de ski, nous partons vers un coin perdu. Finie la chasse aux tampons de monuments historiques, et bienvenue au pays des petites routes étroites le long des lochs (des quasi-fjords).

Le trajet ne devrait pas être trop long. Nous faisons donc quelques étapes en chemin, à commencer par Inverness, la capitale des Highlands. On se gare en pleine ville, dans un centre commercial où l’on a déjà repéré un KFC (oui, encore des « chips » au menu !). Nous faisons un tour assez rapide dans la ville, assez mignonne et animée, mais pas bien grande quand même. On y voit un château plutôt moderne pas très attrayant. On visite un petit musée gratuit sur l’histoire et la faune et flore de la région, assez intéressant et interactif pour les enfants.

Prochaine direction : Black Isle. Non, ce  n’est pas une île, et encore moins l’île noire de Tintin, mais une presqu’île coincée entre l’estuaire d’Inverness et son voisin au Nord. On marque une pause près d’un phare à Chanonry point, après avoir suivi à nos risques et périls une route traversant un terrain de golf. On aurait pu se prendre des balles perdues car un trou traverse carrément la route !

Le phare est idéalement placé, et il paraît qu’on peut apercevoir des dauphins. Point de dauphins pour nous. Par contre, au loin, un avion nous fait un spectacle d’acrobaties aériennes ! Il fait partie des Highland Games qui ont lieu au même moment à Inverness.

De l’autre côté de l’estuaire, nous voyons Fort George, qui surveille tous les bateaux du secteur. Les garçons le trouvent « nul » et ne veulent pas aller le visiter. Il nous fait penser à une forteresse Vauban, pourtant, et on aurait pu y récolter un dernier tampon.

Après cet intermède assez venteux, nous repartons vers Kinlochewe. On quitte la route A9 pour une autre beaucoup moins encombrée. Voire complètement déserte. En une heure de temps, nous arrivons à notre nouvelle maison, mais en ayant l’impression d’être partis dans un autre pays ! La route qui parvient à Kinlochewe domine, d’un panorama magnifique, le Loch Maree.

Incheril Lodge est une grande maison ancienne, probablement une ferme à l’origine, bien équipée même si la télévision laisse à désirer (pour les fans du Tour de France !). La décoration est vraiment vieillotte, le mobilier aussi, et c’est vraiment l’opposé de notre première maison. Le charme de la campagne, pas forcément au goût des enfants a priori, mais ils vont s’y faire. Les chambres sont rapidement réparties (la maison est grande !), et nous devons partir faire des courses.

Vu le coin perdu, ce n’est pas gagné. A Kinlochewe, notre guide nous annonce un hôtel et une station-service. En effet, on n’y trouve pas grand chose d’autre. Nous allons nous renseigner à l’hôtel, et on nous annonce qu’un samedi à 18h, il nous faut aller jusqu’à Gairloch, à 20 miles de là. OK, c’est parti.

Au départ, la route est « normale », mais elle se transformera ensuite en une petite route à voie unique, avec les fameux « passing places » régulièrement espacés qui permettent de se croiser. Nous en verrons beaucoup cette semaine ! On arrive au Loch Gairloch et à un village de pêcheurs. Nous avons un petit coup de frayeur en pensant qu’il puisse s’agir de Gairloch, en y trouvant un magasin absolument minuscule. Mais derrière une colline, nous trouvons la vraie ville. Ce n’est pas immense, mais on y trouve une boucherie, deux restaurants, quatre magasins, dont une petite supérette. On fait avec. Nous cherchons un moment des pâtes, et nous dégottons le dernier paquet tout en bas d’un rayon. Nous prenons aussi des pâtes en boite, apparemment plus habituelles dans le pays, pour faire goûter cette infamie aux enfants. Ils sont d’accord avec nous, c’est ignoble.

Après notre retour et notre dîner, petite partie de tarot. Avant de nous coucher, coup d’œil par la fenêtre, et là, surprise, un groupe de cerfs (red deer) est en train de brouter tranquillement dans le champ à 30 mètres de la maison. Ils sont une dizaine, dont certains avec de grands bois. Observation aux jumelles, photos ! C’est assez inédit pour nous… et courant par ici, apparemment. Le livre d’or de la maison contient plusieurs messages parlant de ces cerfs.