Mercredi 09 juillet 2008

Comme nous nous levons à 10h30 passés, nous faisons un brunch façon breakfast anglais : œufs au bacon, saucisses, beans, toasts, thé… On traîne gentiment à la maison. Les enfants sont en manque de leur Guitar Hero (sur Wii). Ils se lancent alors dans la confection papier de tablatures façon Guitar Hero. Même le petit s’y met : tracer des lignes, les décorer de ronds colorés, c’est assez facile ! Reconnaître les morceaux ainsi écrits, là c’est autre chose…

Malgré une météo très pluvieuse, nous décidons finalement de nous rendre à Édimbourg. A défaut de pouvoir s’y balader agréablement sous un soleil qui refuse de briller, nous pourrons au moins visiter le château.

La route qui nous y mène est large et belle, mais assez vide et monotone. La ville est assez grise, mais très vivante, voire grouillante, contrairement à ce que nous avons vu jusqu’à présent ! Toutes les couleurs de la ville sont concentrées sur les très très nombreux bus qui sillonnent la ville. « Des miyards de bus ! » dit n°5, hypnotisé.

Le château d’Édimbourg, qui couronne la ville du haut d’une colline, est situé au bout d’une rue touristique très agréable à parcourir. Il est impressionnant, immense, composé de multiples bâtiments et remparts qui offrent de belles vues sur la ville.

Les salles sont joliment décorées. Le clou du spectacle est constitué des joyaux de la couronne écossaise : une épée, un sceptre et une couronne. La complexe histoire de l’Écosse est bien présentée et mise en scène en préambule à la visite de ces joyaux.

Vous pouvez consulter le site du Château.

Il y a cependant beaucoup de touristes, des groupes de toutes nationalités. Un vilain petit vent assez glacial finit aussi par nous transir de froid, et nous quittons donc le château. Petit tour en ville, histoire de voir des miyards de boutiques de kilts, et de nombreuses publicités vivantes pour des attractions touristiques du style horrifique. Il semble que ce soit la spécialité du coin : les ruelles sombres, les coupe-gorges, les souterrains maléfiques… Bon, avec les deux petits, ça ne nous semble pas super adapté, donc on ne s’attarde pas.

On désirait grimper en haut de la colline-parc où l’on peut trouver un « siège d’Arthur », mais la météo nous en décourage. Tant pis, le coin semblait pourtant très agréable, un morceau de lande des highlands en pleine ville ! Les joggeurs ont l’air de bien apprécier, ils y sont nombreux.

Nous repartons donc via notre route soporifique, vers Berwick-upon-Tweed, où nous espérons trouver des fish&chips à emporter chez nous. Mission réussie ! Et on trouve même des Kids meals dans ce grand Fish & chips. Tout le monde apprécie donc ce repas grassement nourrissant . Les filets de poisson sont énormes !

En rentrant dans notre maison, nous trouvons un petit mot du propriétaire qui nous indique que nous nous sommes trompés de maison, et que nous aurions dû être dans la maison voisine, identique à celle-ci. A part que toutes les petites choses qui nous manquent y sont, à côté. C’est malin, de mettre des codes d’entrée sur les maisons, mais de mettre le même code à deux maisons identiques… Bref, nous irons faire un petit passage dans la maison inoccupée voisine afin d’y récupérer 2 couettes et des cintres qui nous manquaient cruellement.