Troll & Fjord

Troll & Fjord

préparer son voyage en Norvège !

Jour 14 : Borgund, Lærdal, Flåm et le Nærøyfjord

Mardi 25 août 2015

La journée démarre par la visite de la stavkirke de Borgund. Le ciel est couvert, et le temps qu’on arrive, il pleuviote. L’église est à côté d’une plus récente, ce qui accentue la différence de style. Il y a aussi une grande boutique, qui fait aussi musée, avec une exposition comprise dans le ticket d’entrée (qui permet de visiter l’intérieur de la stavkirke). Cette exposition n’est pas très grande, et elle présente… les stavkirkes, bien sûr ! Elle est bien faite et intéressante.

L’église est plus petite que celle de Lom, mais plus alambiquée, et surtout, elle est telle qu’à l’origine, ou presque, alors que Lom a subi plusieurs agrandissements et remaniements. Une coursive extérieure fait le tour de la stavkirke et lui donne beaucoup de cachet.

Vers l’arrière de l’église, nous cherchons et trouvons une ciste, la seconde (et dernière, donc) du voyage après celle de Ålesund. Chouette. La vieille route longe ensuite une petite rivière et on aperçoit en face un sentier fait de rambardes et de planches de bois au plus près de l’eau, ce doit être sympa à faire ! Mais il pleut, et il n’y a personne dans le coin.

Nous arrivons à Lærdal, qui possède un petit centre-ville de maisons anciennes. C’est totalement sans vie apparente, mais mignon. Pas très grand, quand même. Mais les couleurs pastels, les fleurs, les dentelles de bois, donnent du charme à ce petit quartier.

Nous repartons ensuite vers une nouvelle route de montagne, la dernière probablement de ce voyage. C’est à nouveau une « route touristique », qui va de Lærdal à Aurland, et qui s’appelle la Route de la neige, tout un programme. Il existe un tunnel pour faire le même trajet de façon plus rapide, qui fait… 24 km ! C’est carrément le plus long tunnel terrestre du  monde, et oui ! Mais la vieille route continue d’être entretenue, au moins pour les touristes, mais aussi en cas de secours.

 

Comme d’habitude, on s’arrête au premier parking aménagé, pour profiter de la vue et découvrir parfois d’autres équipements. Ici, on trouve un chemin de bois, on le suit jusqu’à des bancs face à une vue sympa. Le chemin continue, alors on va voir, et cela débouche très vite sur une entrée d’un genre de petit tunnel. Bizarre ! A l’intérieur, juste une pièce. Surprise, on y découvre une vitrine contenant la mise en scène d’un ours empaillé trônant tel un dragon sur un trésor digne d’un brocanteur. Cela surprend, surtout quand on n’est pas prévenu !

Nous avons un horaire à respecter pour prendre un gros ferry peu fréquent, alors on reprend vite la route. En effet, avant de partir de Brandal, nous avons découvert que le tunnel de Gudvangen est fermé, suite à un incendie survenu il y a une dizaine de jours. Nous comptions emprunter ce tunnel de 11km  pour poursuivre notre route vers Bergen. Et il n’y a PAS d’autre route possible. Du coup, des ferrys supplémentaires ont été mis en place entre Flåm et Gudvangen, trajet de bateau habituellement réservé aux trajets touristiques, car c’est un coin très joli : le Nærøyfjord est en effet un fjord célèbre, car assez étroit et spectaculaire. Nous n’avions pas spécialement prévu de prendre le ferry à cet endroit, donc, et la météo n’est pas géniale pour profiter de cette petite croisière, mais on n’a pas trop le choix. Et nous ne sommes évidemment pas les seuls : ces ferrys sont donc très pris, et il y en a assez peu car la traversée prend 2 heures. Le prochain départ à Flåm est à 15h, et passe à 15h20 à Aurland. Il vaut mieux qu’on y arrive en avance. Le suivant n’est qu’à 18h, et c’est le dernier ! Cela nous ferait arriver tard pour cherche une hytte pour la nuit prochaine.

On ne fait donc pas de pause pique-nique, d’autant qu’il pleut toujours. La route longe des névés, et pas mal de petits lacs, dont un qui est encore partiellement glacé.

Elle se termine par une grande descente vers le Aurlandsfjord, en passant bien sûr par un beau point de vue aménagé. Même les toilettes bénéficient d’une magnifique baie vitrée avec vue !

En passant à Aurland, nous ne trouvons aucune indication du ferry, et comme il est 14h30, nous continuons vers Flåm, qui n’est plus très loin, pour assurer notre passage. Flåm  est un peu comme un mini Geiranger, encaissé au fond de son fjord, très touristique (il possède une gare ferroviaire, qui dessert une petite ligne touristique qui rejoint le train Oslo-Bergen, c’est assez couru). Deux paquebots sont là.

C’est franchement la galère pour trouver le ferry ! Rien de spécial n’est indiqué, et nous allons vers le quai normal… où rien ne se passe. On le voit, notre ferry, mais de l’autre côté de la voie ferrée et de la gare, donc inaccessible. En plus, il a l’air bien petit, ce bateau, ce qui n’est pas rassurant pour espérer avoir de la place, même si on voit très peu de voitures.

On réussit enfin à accéder au bon quai, et il y a vraiment très peu de monde, chouette. Mis à part 5 bus, qui semblent devoir prendre toute la place, nous annonce la jeune femme des tickets. A priori, pas de place pour nous. Comme on reste sur place car on hésite sur la suite de notre trajet (bateau de 18h ? trajet totalement différent ? ), la dame revient nous voir, et dit que peut-être on pourra monter derrière les bus : il faut attendre qu’ils soient tous à bord pour voir la place restante. On est derrière un minibus qui attend aussi, et après nous arrive une dernière voiture qui va également attendre. Des français qui étaient déjà ce matin à Borgund, tiens ! Au final, nos 3 véhicules pourront monter à bord de justesse, ouf !

Il pleut, il y a un monde fou à bord pour ce trajet touristique (les passagers des 5 bus… ), et les places sont donc chères. Comme c’est la seconde partie du trajet qui est la plus intéressante (celle qui est inaccessible en voiture, pas de route du tout dans le Nærøyfjord ), on descend en fond de cale dans le salon intérieur pour aller manger notre pique-nique, enfin si c’est possible, c’est-à-dire s’ils ne servent pas de déjeuner. Mais c’est désert, et même assez bizarre : les tables et les sièges sont abîmés, il y a des haltères et des appareils de gym qui trainent, et pas de service de repas. Un écran retransmet une caméra extérieure qui nous permet de voir où nous en sommes du trajet, donc nous prenons tranquillement notre repas.

Nous rejoignons ensuite les ponts extérieurs, avec nos capuches, pour profiter du voyage, effectivement très chouette, même sous la pluie. Bon, ce serait mieux sans les dizaines de chinois qui se relaient pour prendre des selfies, mais ce n’est pas grave. Le temps est vraiment très couvert, mais ces petits nuages accrochés aux parois des montagnes, et ces ombres grises, sont jolis aussi. Les cascades sont nombreuses le long de ce fjord, qui est en effet bien peu large. De petites fermes qui semblent totalement isolées jalonnent le bas des montagnes. Le petit village de Undredal est aussi situé au confluent des fjords.

Après l’arrivée à Gudvangen, on monte la vallée vers Stallheim. Il parait que la vue du grand hôtel de Stallheim est magnifique, mais les nuages bouchonnent dans la vallée, donc on n’y va pas. On a quand même envie de prendre la vieille route de la vallée (on est des fans de vieilles routes, oui). Pour cela, il faut d’abord monter par la route moderne, avec son tunnel, puis descendre la vieille route qui est en sens unique dans celui de la descente. 18% de pente, nous annonce le panneau. Et de jolies cascades. On remonte ensuite à nouveau par le tunnel pour continuer notre chemin vers Voss.

Premier arrêt à la grande cascade touristique de Tvindefoss. Grand parking, magasin de souvenirs. On retrouve un des bus du bateau. Mais c’est vrai que cette cascade est grande, très puissante, et surtout tout en escaliers. On se fait donc mouiller encore un peu plus en prenant des photos. Il paraît qu’on aurait dû remplir une bouteille de son eau, car on a découvert plus tard sur Wikipedia qu’elle a des propriétés médicinales qui la rendent célèbres. De rajeunissement, carrément. On a loupé le coche.

On repart car on ne désire pas dormir à Voss, mais plus loin sur la route 7. Ce n’est pas le trajet le plus court pour aller à Bergen, mais c’est plus joli, et on a encore deux jours. Après la traversée du gros bourg moderne de Voss, manifestement dédié au ski, on quitte donc la grosse route principale pour partir le long d’un autre fjord… mais on aperçoit en passant un panneau de travaux, qu’on n’a pas le temps de déchiffrer. On se méfie, alors on fait demi-tour pour aller étudier ça. Et décidément, ce n’est pas notre jour, car ce panneau nous indique que la route que nous comptons prendre est fermée pour travaux entre Kvanndal et Alvik. Il est 19h bien passés, notre carte routière ne couvre pas cette région : nous sommes perplexes. Nous décidons d’aller chercher de l’info auprès des locaux dans un supermarché. Nous en profiterons pour refaire quelques courses. La caissière nous explique gentiment la situation : la route est coupée à cause d’un éboulement. Elle devrait ré-ouvrir demain. Ou pas.

Le plus court est de revenir à Voss pour prendre la grosse route qu’on voulait éviter. Sinon, il faut prendre 2 ferrys pour poursuivre notre route en passant par l’autre côté du fjord. Il y a un camping à Kvanndal où on pourra peut-être dormir. Alors on y va. Sur place, un jeune homme bloque en effet les voitures et dit que la route est bloquée jusqu’à demain midi, voire plus. On se dirige donc vers le camping juste à côté, qui a l’air pas mal vide. Trop vide, même. Et rien, pas de hytte libre. Zut.  Il est maintenant 20h… on fait le choix de la fuite en avant, en prenant le bac pour l’autre côté du fjord. D’après les horaires affichés, on ne devrait pas attendre longtemps. Mais on ne voit pas de ferry en approche, bizarre. Et en effet, pour la première fois, nous voyons un joli retard de 30 minutes du ferry. 20 minutes de traversée (c’est un grand fjord !). Il sera donc 21h quand nous débarquerons dans l’inconnu à Utne. Dans le salon du bateau, ils proposent du café en self service à 15 NOK, à déposer dans une petite coupe à glace posée à côté de la cafetière. Tranquilles. Il y a également un bac à surgelés qui propose des pizzas individuelles, et un micro-ondes avec le mode d’emploi pour les chauffer. Là aussi, on paye en laissant les sous dans la coupe à glace. Sur le pont du ferry, on trouve des tables de pique-nique (enchaînées au sol), c’est original.

Il fait nuit à Utne. On voit un panneau pour des hyttes à 5 km, que l’on suit. Notre malchance s’arrête là, car nous trouvons bien l’endroit en question, un petit camping au bord de l’eau, avec une petite hytte dispo, à Lothe. C’est tout mignon. Voila qui termine une journée épuisante !

Chiffres du jour :  4 tunnels, 2 ferrys (1295 NOK pour 2h de voyage, à cause d’un tunnel fermé + 158 NOK pour un ferry pris à cause d’une route fermée)

Km depuis le départ de l’aéroport : 2600, donc 188 km pour la journée.

Episodes précédent et suivant du récit<< Jour 13 : Stavkirke de Lom, routes du Sognefjell -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest